Recherche

 

Le Département de Recherche de la Policlinique Ostéopathique de Lausanne a été fondé en 2013, avec pour objectif de promouvoir une approche scientifique de l’ostéopathie, de favoriser le rayonnement de cette discipline et de contribuer à la formation continue des ostéopathes.

L’étude des processus d’autoguérison du corps humain, qui se manifestent en particulier via l’effet placebo, est rapidement devenue notre axe de recherche prioritaire. Le succès de toutes les thérapies reconnues, quelles que soient leurs modalités (médecine manuelle, médicaments, chirurgie) repose à la fois sur l’efficacité technique du traitement (l’adéquation du geste thérapeutique, l’effet biochimique du principe actif, la précision de l’intervention chirurgicale) et sur la sollicitation des capacités d’autoguérison du corps. Il y a donc d’une part un effet spécifique, lié à la technique utilisée, et d’autre part un effet relationnel, non spécifique, lié aux attentes du patient et à la qualité de la relation thérapeutique.

La recherche scientifique sur l’autoguérison revêt une importance particulière pour l’ostéopathie. En effet, les essais cliniques contrôlés randomisés, outil de référence de la médecine pharmaco-centrée, sont impossibles à mettre en oeuvre dans cette discipline. S’il est relativement aisé de diviser un ensemble de patients en deux groupes, et de donner à l’un de ces groupes un médicament, et à l’autre un placebo impossible à distinguer de ce médicament, une telle procédure perd son sens en médecine manuelle. De toute évidence, un ostéopathe ne peut pas prodiguer un traitement tout en étant inconscient du caractère éventuellement factice de ce traitement. Cette limite méthodologique invite à réfléchir à de nouvelles manières de réaliser des travaux de recherche en ostéopathie, avec des outils adaptés aux modalités thérapeutiques particulières du traitement ostéopathique.

Si l’effet placebo est une réalité bien connue, l’évaluation de la placebo-sensibilité est un défi médical complexe, car cette sensibilité ne semble pas corréler avec des variables psychologiques simples. Avec une approche solidement ancrée dans les neurosciences, le Département de Recherche a cherché à contourner cet écueil, par exemple en explorant des hypothèses sur les évolutions du système nerveux qui ont pu conduire à l’émergence des maladies psychosomatiques et de l’autoguérison. À ce jour, la Policlinique Ostéopathique de Lausanne a présenté des travaux de recherche dans le cadre de deux congrès scientifiques internationaux: le FENS Forum of Neuroscience, le plus grand congrès international de neurosciences en Europe, et la Human Brain Project Student Conference. Elle a également contribué à des travaux qui s’inscrivent dans une perspective neuroscientifique plus large, notamment le projet Ouroboros fMRI qui explore l’utilisation du Machine Learning pour classer et prédire des cartes statistiques du cerveau.

 

Maël Donoso. Ouroboros fMRI: Predicting human brain activity with machine learning models. 2021.

La Policlinique Ostéopathique de Lausanne a contribué au développement du projet Ouroboros fMRI, une série de Notebooks publiés dans un répertoire public de GitHub. Ces Notebooks proposent des méthodes d’analyse de données et de Machine Learning, y compris des méthodes fondées sur des réseaux de neurones artificiels ou Deep Learning, afin de classer et prédire des cartes statistiques du cerveau humain obtenues par Imagerie par Résonance Magnétique Fonctionnelle (fMRI). La première version de ce projet a été présentée comme Capstone Project dans le cadre du COS in Applied Data Science: Machine Learning de l’EPFL Extension School.

 

Francisco Donoso. Soutenir le système de santé au plus fort d’une crise sanitaire: Le rôle des ostéopathes et le vécu des patients durant la période de confinement imposée par le COVID-19. 2020.

Durant la période de confinement imposée par le COVID-19 au printemps 2020, la Policlinique Ostéopathique de Lausanne est restée ouverte pour les urgences, contribuant ainsi à soutenir le système de santé au moment où les médecins et les hôpitaux risquaient d’être débordés. La Policlinique a conduit une étude sur le rôle des ostéopathes et le vécu des patients reçus durant cette période. L’article de recherche est librement téléchargeable depuis cette page.

 

Maël Donoso. Enhancing placebo effect: towards a new brain medicine. Human Brain Project Student Conference, Vienna (Austria), 2017.

Les recherches actuelles sur la médecine du cerveau se focalisent essentiellement sur les maladies neurodégénératives, et d’une manière générale sur les dysfonctionnements du système nerveux. Cependant, le rôle des fonctions cognitives de haut niveau dans la préservation et le recouvrement de la santé, qui s’exprime notamment à travers l’effet placebo, suscite également un intérêt croissant. Les futurs progrès dans ce domaine nécessiteront certainement le développement de nouveaux outils pour évaluer la placebo-sensibilité dans des disciplines comme l’ostéopathie, où les essais cliniques en double aveugle sont impossibles. Nous proposons une série d’expériences qui permettraient d’explorer les processus computationnels par lesquels la valeur placebo est apprise, ainsi que les régions cérébrales qui implémentent de tels processus, en nous fondant sur la prise de décision fondée sur la valeur. Par ailleurs, nous relevons la possibilité d’étudier séparément l’effet placebo attribué à un traitement ou à un thérapeute, et nous argumentons qu’une meilleure compréhension des processus d’autoguérison est susceptible d’ouvrir la voie à une nouvelle médecine du cerveau, où les préférences des patients seraient mieux prises en compte.

 

Maël Donoso, Francisco Donoso, Jessica Raning. Foundations of placebo effect: from neuroscience to medical relationship. FENS Forum, Copenhagen (Danemark), 2016.

Les données actuelles de neuroimagerie tendent à prouver que l’analgésie par effet placebo commence par des activations corticales, en particulier au niveau du cortex dorsolatéral, du cortex cingulaire antérieur, du cortex orbitofrontal et de l’insula, avant de manifester des effets sur des structures sous-corticales telles que le noyau accumbens. Nous remarquons que ce réseau de régions cérébrales rejoint celui impliqué dans la prise de décision fondée sur la valeur, et posons l’hypothèse qu’un(e) patient(e) pourrait rechercher activement un placebo, par exemple sous la forme d’une relation médicale empathique, de la même manière qu’il ou elle rechercherait un item de valeur. Nous suggérons ainsi que la placebo-sensibilité, une caractéristique qui ne corrèle pas avec des traits psychologiques simples, pourrait être évaluée par une approche inspirée par des paradigmes de prise de décision fondée sur la valeur. Contrairement à ce qui est souvent suggéré dans la littérature médicale, les patients ayant recours à l’ostéopathie considèrent généralement que les traitements ostéopathiques s’appuient moins fortement sur l’effet placebo que leurs alternatives médicamenteuses. En l’absence de données claires sur la prévalence de l’effet placebo dans les médecines manuelles, les jugements portés sur cette prévalence semblent donc dépendre fortement du contexte dans lequel ils sont réalisés, leur pertinence étant dès lors sujette à caution. Une approche inspirée par des paradigmes de prise de décision fondée sur la valeur pourrait contourner ce biais, et ouvrir la voie à des évaluations plus objectives.

Formulaire en ligne

Ce formulaire est à votre disposition pour toute demande d'ordre général.

Téléphone

021 351 25 45

Pour les prises de rendez-vous en urgence et en consultation courante.

Horaires du secrétariat

Lundi-Vendredi:

7h30-18h30

Samedi:

8h-12h30 et 13h-17h

Adresse

Place de la Riponne 5
1005 Lausanne